dimanche 11 octobre 2009

Ryokan...

acrylique

Une nuit d'automne trop longue

Le froid s'insinue dans le lit
Bientôt soixante ans
Qui pourrait s'inquiéter d'un être comme moi, solitaire et silencieux
La pluie a cessé , les gouttes se font rares
Le chant des insectes augmentent
Éveillé je ne peux me rendormir
Me redressant sur l'oreiller, je veille jusqu'au petit matin limpide.

6 commentaires:

ariaga a dit…

C'est tout jeune soixante ans. J'adore l'illustration.

Lung Ta Zen a dit…

que d'émotion passée dans ce beau texte (et belle peinture) on peut imaginer ce vieillard (60 ans c'est vieux pour l'époque Ariaga, même si maintenant c'est encore la fleur de l'âge) seul dans un ermitage ou une chambre d'un temple, réveillé par le froid et qui ne pouvant dormir médite dans son lit
et moi je me pose sur mon zafu qqs siècles plus tard, bien au chaud

amitié et bises

frédéric :)

andrée a dit…

Très belle peinture
Anne Marie, sache que tu es en moi (comme une petite graine - celle qui me dit de poursuivre mon chemin) même si je ne te connais pas, même si tu es loin ....le blog a créé un lien fin comme le fil de l'araignée. et nous sommes une sangha pas fixe, définie, mais une sangha ... bises ... et porte toi bien

cocole a dit…

le duo fonctionne à merveille !
belle toile !

catherine a dit…

J'aime beaucoup ce taoïste de Ryokan..Je lui ai déjà rendu hommage car il m'intrigue beaucoup

Lung Ta Zen a dit…

Chère Catherine c'est en effet un personnage extra-ordinaire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ry%C5%8Dkan
il était plus moine japonais bouddhiste zen que taoïste mais peut être sa ville peut elle y être comparée ?
En tout cas je ne sais pas si comme les taoistes il recherchait l'éternelle jeunesse, mais il a du la trouver avec sa jeune amouresue :)

chaleureusement

frédéric :)